Les Alpes regorgent de tant de routes de renom, de tant de chemins… Que choisir ? En partant de sorties mémorables que j’ai pu faire, voici une sélection d’itinéraires grandioses, montagneux et de préférence à l’écart des foules.

Le dossier navigue entre Chablais, Vercors, Maurienne, Oisans et Hautes-Alpes, privilégiant la variété et l’originalité des routes empruntées. Si tous ces secteurs sont connus des cyclistes, ils sont souvent parcourus sur les mêmes itinéraires, les mêmes cols rendus célèbres par le Tour. J’ai donc préféré les chemins de traverse, les montées anonymes mais spectaculaires.

En Oisans, par exemple, la montée de l’Alpe d’Huez, mythique, attire tous les regards. Elle n’en demeure pas moins victime de son succès, avec un flux quasi ininterrompu de cyclistes en haute saison. Pour renouer avec le côté sauvage du massif isérois, j’ai ainsi proposé une ascension qui fait face aux 21 virages. Celle qui mène au petit hameau de Villard-Notre-Dame, perché à 1500 mètres d’altitude.

Sa route en nid d’aigle propose des vues superbes sur les Écrins et les Grandes Rousses. Ponctuée de tunnels sans aucun éclairage, les cyclistes peuvent se retrouver totalement désorientés dans l’obscurité totale de ces boyaux. Interdiction d’oublier sa lampe ! Le charme de cette montée réside enfin dans l’étroite bande d’asphalte agrippée à flanc de montagne, presque un chemin muletier comparé aux boulevards qui mènent aux grandes stations de ski, offrant des corniches avec plusieurs centaines de mètres de vide. Une chute vous mènerait tout droit vers Bourg-d’Oisans.

Pas d’inquiétude néanmoins, il y a peu de risque que quelqu’un vous bouscule tellement la fréquentation de cet itinéraire est faible. Tranquillité assurée. On a même la chance de voir des chamois s’amuser à dévaler les pierriers qui bordent la route !

Cet itinéraire et une dizaine d’autres sont à retrouver dans le Wider magazine de juillet 2017.