La dernière Dent de Crolles sur neige se teinte souvent d’un peu de mélancolie, alors certains ont eu l’idée d’en faire une petite fête. Rendez-vous à la croix puis descente groupée. Un pur bonheur !

La Dent de Crolles, Chamechaude, voilà des sommets chartrousins que l’on fait de multiples fois pendant l’hiver car faciles d’accès, proches du bercail et pas inintéressants à la descente. Ce sont en quelque sorte d’excellents « stades » pour s’entrainer en ski alpinisme et je ne compte pas le nombre de répétitions en un hiver pour être prêt pour la Pierra Menta ou d’autres projets en montagne. Certes, ces montagnes sont fréquentées, mais ce n’est pas un mal quand les conditions sont délicates ou quand on y vient seul. Le sentiment de sécurité est plus présent même s’il ne faut pas sous-évaluer les risques ; les avalanches à Chamechaude, comme on a pu le constater ces derniers hivers, et l’exposition sur la Dent de Crolles.

Fin mars-début avril, ces modestes 2000 mètres commencent à accuser un sérieux déficit de neige sur certains versants. Sans la proposition de Lionel Tassan, je n’aurais sans doute pas remis les skis à la Dent de Crolles, mais l’idée de marquer le coup pour une ultime descente est séduisante. Au coucher du soleil, dans une lumière jaune rendue diffuse par la brume de pollution, on retrouve à la croix une dizaine d’autres skieurs ayant répondu à l’appel, de tous horizons (de patins). La descente qui suit est menée tambour battant ! Sacré spectacle que de voir cette ribambelle de « dentistes » se poursuivant dans le pas de l’Oeille !  Sur la route où l’enneigement est moins continu, certains n’hésitent pas à connecter les névés en SKIANT SUR LE BITUME (vision horrifique), illuminant ainsi le crépuscule des étincelles de leurs carres.

Au final un excellent moment et une Dent qui dépassera un peu plus parmi toutes les autres de l’hiver.